L’été littéraire

DSC03864

Salut mes petits marrons! (ah ouais carrément.). Aujourd’hui un petit article pour revenir doucement sur le blog. Oui je fais un article tous les 15 jours mais j’essaye de revenir, promis. J’ai plusieurs idées d’articles, ce qui est quand même un bon début, non?
Enfin peu importe ! Aujourd’hui donc, un article sur mes lectures de l’été! Enfin j’ai lu bien plus de livres que ça, mais là ce sont un peu mes petits coups coeur de cet été : qu’ils soient drôles, magnifiques, ou encore plein de rebondissements, voilà les bouquins qui ont fait chavirer mon coeur sous le soleil (qui n’était pas forcément de la partie, en fait). Et on fête avec cet article le retour des listes, si chères à mon coeur!

  • Le château des Etoiles, d’Alex Alice

DSC03865

La bonne idée du siècle avec ce petit bijou, c’est de l’avoir sorti EN JOURNAL. Non mais attendez, une BD au format journal, ça a quand même vachement de classe, non? Outre ce format que j’adore (il m’en faut peu), l’intérieur est une perle pleine de beauté! C’est absolument magnifiquement dessiné, et l’histoire me transporte déjà ! J’attends vite vite d’acheter la suite. Je navigue à travers les pages avec des yeux plein d’émerveillement, tellement c’est joli! Je vous laisse en juger, mais pour moi c’est clairement de la be-bom ! (expression plus utilisée depuis les années 90, et encore moins par les gens de moins de 20 ans).

DSC03866

DSC03867

  • Keel’s Simple Diary

DSC03868

Bon, j’avoue on ne peut pas vraiment parler de lecture dans ce cas. Le Keel’s, c’est en fait une sorte de journal intime (ou pas, comme tu veux), supra chou. Comme écrire tous les jours un journal ça prends méga de temps et que ça peut vite faire peur, quelqu’un a eu la merveilleuse idée d’inventer ce petit journal. Pour les feignasses comme moi. Mais il faut bien dire que ce journal est vraiment TROP JOLI, et qu’en plus il est super amusant! Chaque jour de petites questions sont posées, souvent sans queue ni tête, et il faut y répondre. C’est souvent assez compliqué mais toujours drôle! (« comment ça, je dois choisir entre « votre journée a été 1.Aux aguets 2.Intrusive 3.Exhaustive ?). Je le convoitais depuis longtemps, mais le prix me rebutait un peu (pas que ce soit excessivement cher non plus mais bon), alors quand je l’ai vu moins cher j’ia sauté sur l’occasion ! Je vais bien m’amuser 😉

DSC03869

  • 1Q84, Livre 2, de Haruki Murakami

DSC03870

Il semblerait que Murakami et moi soit une belle histoire d’Amour sans fin. Chaque fois que je me plonge dans un de ses romans, je n’ai plus envie de m’arrêter, j’ai envie d’en découvrir tous les recoins, tous les secrets. 1Q84 ne déroge pas à la règle. Il s’est passé un bon moment entre la lecture du tome 1 et celle du tome 2, et il est possible qu’il y est également un long moment entre le tome 2 et le tome 3, mais je sais que dès que je m’y mettrais, ce sera avec grand plaisir. Murakami a ce don de me transporter dans ces mondes bizarres, à peine irréels, merveilleux. Tout ce que je peux dire, c’est : Lisez absolument tout ce qu’il fait! Et surtout le livre 2 de 1Q84, parce que c’est absolument génial! (mais bon lisez le 1 avant quand même)

  • J’aurais adoré être ethnologue, de Margaux Motin

DSC03863

Margaux Motin je l’aime bien, elle me fait rire. Ce livre-ci, ça fait longtemps qu’il est sorti, mais c’est seulement maintenant que je l’achète. Et j’ai tellement ri! Parce que c’est vrai, c’est frais, c’est drôle, c’est joli, enfin tout que des compliments quoi! A lire quand tu n’as plus envie de te prendre la tête !

  • Gung Ho, de Thomas von Kummant

DSC03871

Si j’ai acheté Gung Ho au départ, c’est pour les dessins. Oui je juge les livres à leur couverture, so what? Je ne sais pas trop pourquoi, mais ça m’a rappelé Zombillénium (alors qu’il n’y a aucun rapport). En tout cas, j’ai beaucoup aimé le graphisme! Du coup j’ai lu, et j’ai beaucoup aimé l’histoire aussi. Alors j’ai acheté le tome 2 et le charme a continué. Bref Gung Ho ça me plait carrément, je veux vite la suite! Ça parle de fin du monde (enfin presque), d’amourette de jeunesse, c’est punchy et coloré, tout pour plaire!

DSC03872

DSC03873

  • Flow

DSC03874

Alors Flow, c’est la troisième fois que je l’achète. C’est un magazine vachement beau qui parle de plein de trucs intéressants, et c’est super bien réalisé. C’est mon petit coup de coeur magazine! On y trouve des articles sur des gens créatifs (mes préférés!), sur des librairies, sur l’art de vivre, et toujours des petites surprises genre de superbes cartes postales à coller sur mon mur à coté des 1000 autres que je collectionne déjà. Bref avec Flow je teste de nouveaux trucs, en plus j’apprends des trucs et je me sens bien! Un magazine qui apaise, c’est chouette non?

DSC03875

DSC03877

«La première et la plus belle victoire de l’homme est la conquête de soi-même» – Platon

Cette superbe image provient du manga Bonne Nuit Punpun. Ca ne parle pas d'estime de soi, mais tu peux le lire quand même, ça ne fait pas de mal!
Cette superbe image provient du manga Bonne Nuit Punpun. Ca ne parle pas d’estime de soi, mais tu peux le lire quand même, ça ne fait pas de mal!

Bonjour bonjour! Je redébarque après quoi… 15 ans sans poster? Je m’excuse mais je ne ressentais pas le besoin (ni le temps!) de venir par ici. Mais aujourd’hui j’en ai envie, pour un article FEEL GOOD! et raconte-ta-life-simone, aussi. Petits chanceux!

Alors un article feel-good car on va parler d’estime de soi! Enfin je vais parler de mon estime de moi pour te montrer que c’est cool d’aimer la personne qu’on est. En plus t’as vu je sors des citations de Platon, tu ne peux qu’adhérer.

Comme chaque être humain, je suis née avec des défauts, et avec des imperfections (bien que franchement, la liste est très courte) (haha, dit-elle). A l’époque ingrate de l’adolescence, j’avais l’impression que je n’étais que défauts et imperfections. Que même si j’avais peut-être quelques qualités, j’étais un ensemble d’immondices qui marchait dans la vie comme une larve (charmant quoi). Cette vision de moi-même était bien sûr appuyée par les ingrats adolescents qui m’entouraient. Je ne leur jette pas la pierre, j’étais moi-même ingrate. Le fait est que je me sentais moche, moche et remoche. Pas très belle, en somme, tu l’avais compris. En plus de ça, j’avais l’impression d’être un singe, mais ça je te l’expliquerais plus tard. En plus plus de ça, je me sentais la plus plate des filles du monde, et j’étais un format miniature de moi-même (je suis pas bien grande alors que j’ai longtemps était la plus grande de ma classe. La vie est injuste hein?).

Je crois que d’abord, en grandissant on commence à s’accepter naturellement, ou en tout cas on commence à apprendre à « vivre avec ». Cependant, il m’a fallu plus que ça pour apprendre à M’AIMER. Je ne vais pas te donner de recettes miracles, parce qu’à vrai dire, j’ai un peu triché. Ce qui m’a aidé à m’aimer moi-même, ce n’est pas moi-même malheureusement. Donc je ne peux pas te dire « mais c’est trop facile tu fais ça, ça et ça et hop c’est bon! ». Par contre je peux te dire que tu peux être aidé ! C’est ce qui m’est arrivé. En début de lycée, après des déceptions amoureuses à répétition (avec le même garçon, j’étais pas très futée), j’avais vraiment une mauvaise opinion de moi. « Mais je suis nulle, je suis pas assez bien, de toute façon je vaux rien, en plus je fais du mal à tout le monde ». Tu vois le topo, c’était pas la joie. Et puis j’ai rencontré THE ONE (rien que ça!) (j’adore les parenthèses partout). The One donc, appelons-le Roger, m’a aimé pour tout ce que j’étais à l’époque. En fait il m’a aimé et m’aime toujours pour ce que je suis. Et ça c’est beau ma bonne dame. Par cette douce attention, il m’a appris que c’était possible de m’aimer. Et si quelqu’un était capable de m’aimer, pourquoi moi j’en étais incapable? J’ai compris que mes défauts n’en étaient que pour moi et pour les petits cons qui cherchent à te tacler pour tout et rien. J’ai aussi compris que des défauts on en a tous, mais que ça ne fait pas de nous des êtres inférieurs. Au contraire, nos défauts font notre personnalité (mouais, ça j’en suis pas sure, je te laisse y réfléchir).

Encore plus fort, en plus d’accepter mes défauts, je réussis même parfois à en faire des atouts! C’est étrange comme je suis quelqu’un de très optimiste en ce qui concerne la vie et le monde, et très pessimiste en ce qui me concernait. Aujourd’hui, j’arrive à voir le verre à moitié plein même en moi-même *clap-clap*. Et aujourd’hui, s’il y a encore des choses que je n’aime pas chez moi, ce ne sont plus des choses irréversibles. Ce que je veux dire, c’est que tout ce que je n’aime pas, je peux aussi le changer sans chirurgie. Ça veut dire deux choses : 1.j’ai accepté les imperfections qui font partis de mon corps (tels que mes micros seins et mes bras -rapport aux singes qui sont poilus comme tout-), 2. si quelque chose ne me plait pas, j’arrête de me morfondre et je me bouge pour le changer. Par exemple aujourdh’ui j’en ai marre de donner l’image d’une jeune fille de 14 ans alors que j’en ai 20. J’aimerai bien qu’on me voit plus comme un adulte, alors j’essaye de changer mes habitudes pour montrer aux gens ce que je suis vraiment. Du genre « hey ho je suis une adulte donc arrêter de me demander comment s’est passé le brevet! ». Bon, en même temps ce n’est simple pour personne car je suis une enfant pour toujours.

Ainsi donc Roger, mon moral et moi te disons merci, avec un grand M comme je t’M (trop romantiik). Et toi petit être qui a eu le courage de lire jusque là, dis-toi que c’est déjà une énorme qualité de savoir lire mes textes sans s’endormir. Du coup si tu as cette qualité, tu en as probablement plein d’autres. Et même si tu n’as pas cette qualité, tu en as probablement plein d’autres quand même. Et rappelle toi surtout que même si ton nez est un peu moche ou que tu bégayes un peu trop (c’est mon cas et personne ne le remarque, donc hang on), tu as aussi de très beaux yeux ou un humour qui fait de toi une personne magnifique (et génialissime surtout! Parce que c’est pas le tout d’être beau, il vaut mieux être GÉNIAL et GÉNÉREUX et GENTIL!).

Et je n’aurais jamais pensé dire ça un jour, mais meetic a raison : si vous n’aimez pas vos imperfections, quelqu’un les aimera pour vous. Bisous!

AIMONS NOUS NOUS-MÊME ! 

Share the love

Cette très jolie illu' appartient à Karen Hofstetter!
Cette très jolie illu’ appartient à Karen Hofstetter!

Salut les petits chats!

Depuis un moment, je pensais faire un article tout mignon choupi sur un sujet qui me touche beaucoup (j’ai un petit côté cul-cul, oui.) : l’Amour, the Love, enfin tu vois quoi : des petits coeurs partout et du bonheur. Je veux faire cet article depuis longtemps, et puis en fait il s’avère que je vais le faire en pleine période de St-Valentin. C’est pas forcément fait exprès, mais bon, voilà, je me met dans le rang, on va dire (quoi que j’aurai pu faire pire et parler de Fifty shades of Grey!).

Du coup, ça risque d’etre supra nian-nian, et un peu du vomi de joie et tout, donc si tu as juste envie de rester dans un état de tristesse, ne lit pas cet article. Quoi que je n’ai pas la prétention de penser qu’il va vous rendre heureux non plus!

Alors l’Amour au tout début c’est une famille. Ma famille, je l’adore. On s’aime beaucoup. Pourtant, on a un rapport très pudique les uns aux autres : on ne se dit jamais « je t’aime » ouvertement. On le sait, c’est tout. J’ai plein d’amis dont leur parents leur disent je t’aime souvent, et je trouve ça cool. Enfin, c’est agréable je suppose. Pourtant, je sais très bien que pour autant mes parents ne m’aiment pas moins. Ils ne me le disent pas, c’est tout. Et moi non plus en retour, en fait. C’est comme ça, c’est un peu une règle qui s’est établie au fil du temps. Pas qu’elle soit vraiment puissante, on pourrait se dire qu’on s’aime sans faire d’émeutes, mais on vit bien sans. Alors ma famille, je l’aime. Dans sa pudeur et dans son Amour silencieux.

Ensuite, il y a les amis. Ma meilleure amie, par exemple, pour qui je vous un Amour incommensurable depuis maintenant 16 ans (ça nous rajeunit pas…) et encore une fois totalement pudique. C’est étrange décidément! Mais encore une fois, on sait parfaitement qu’on s’aime pour une vie entière, quoi qu’il arrive, peu importe qu’on s’éloigne, qu’on n’ait moins le temps de se voir, peu importe les routes différentes que l’on prend. On est là, toute les deux, comme des soeurs que rien n’arrêtent. On a fait les 400 coups, des trucs parfaitement débiles, ou s’est roulés dans des duvets pour faire les chenilles, et on elle est toujours là en pensées même si 350km nous séparent. Et même si 1 milliards nous séparaient. Et même si on absolument différente en tellement de points. Vraiment complètement différentes! Mais on forme un beau duo.
Et puis il y a tous ces amis, les nouveaux les anciens, ceux pour qui tu ferais tout et n’importe quoi, ceux avec qui tu as envie de passer plein de temps et de rire jusqu’à avoir des crampes. Tout ces amis que j’aime et que je remercie de me supporter, avec qui je partage des sushis ou un appartement durant une semaine, des petits moments de tristesse et de grands moments de bonheur, des goûts musicaux loufoques, ou encore a lecture de livre pour Ados qui parle de loups-garous (mais qui ne porte pas le nom de Twilight. Quand même.)

Et puis alors il y a l’Amoureux. Tout ça c’est une longue histoire qui commence par moi-même lutant contre les gens Amoureux qui me rappelaient que j’étais un échec amoureusement parlant. Ceci est une longue histoire tout à fait inintéressante (comme si le reste de cet article était un intéressant, évidemment), donc on passe directement à… roulement de tambour… l’Amouuuuur. Qui en fait existe, pour tout le monde et au moment où franchement, on a d’autres chats à fouetter. Mais je suis aujourd’hui absolument convaincue qu’il existe, pour toi aussi mon petit! Donc voilà, il y a 3 ans, un mec tout à fait normal, qui n’a rien d’un mannequin ou de Joseph Gordon Lewitt, est arrivé, tout sourire, tout marrant, comme une goutte de joie dans une vie pleine de « raaaaaaaaaaaaaaah j’en ai marre » (la mienne, donc.). Ce garçon donc, il s’appelle l’Amoureux (enfin en vrai de vrai, il a quand même un prénom et un nom de famille). l’Amoureux est un être tout a fait gentil, je dirai même merveilleux, je dirai même incroyable, je dirai même super-méga-giga chouette. Au début c’était juste une goutte de bonheur, maintenant c’est carrément un océan de joie qui déferle sur moi mais qui ne me noie pas (avant, j’étais poète). L’Amoureux pour me faire rire il fait l’Ours quand il baille (je suis bon public.) (il est doué en imitation!), il fais semblant de ne pas voir mes petites surprises quand elles sont mal cachées, pour me faire plaisir. l’Amoureux me rend heureuse, chaque jour, juste comme ça, parce que c’est ça l’Amour. Etre heureux ensemble. Et étrangement, je t’aime, on se le dit tous les jours, plusieurs fois. On sait que même sans le dire, on s’aime, mais on se le dit quand même.

‘Cause all I need
Is the love you breathe
put your lips on me and
I can live underwater,
underwater, underwater

Alors voilà, partager l’Amour avec tout plein de monde, soyez heureux ensemble et je vois envoie plein de coeurs! Voilà ❤

Mon Voyage au Portugal – Lisbonne

Salut mes p’tits loups! Ça fait environ 150 ans que je n’ai pas fait d’articles, je m’en excuse. Je n’ai pas eu vraiment le temps, à vrai dire. Je profite donc de ma pause inter-semestre pour écrire (plein) d’articles! Pour commencer, et pour vous faire voyager en ces temps tout gris et maussade, je commence avec la fin de mon voyage de cet été : LISBONNE! (youhou, la meuf pas trop en retard!) Ça donne envie de soleil et de balade, et j’ai vite vite envie d’y retourner!

Le musée du design et de la mode (dans lequel les photos sont interdites, sauf au dernier étage! Un expo temporaire sur l’artiste André ❤ <3) (mais alors tout vaut le coup, c’est vraiment cool cool cool à voir!) :DSC01074 DSC01081
DSC01080 DSC01079 DSC01078
DSC01082

Un bel hommage au Docteur Sousa Martins :

DSC01113

DSC01115

De Setubal (une ville pas si loin de Lisbonne) jusqu’à Comporta (avec ses paysages de rêves) :

DSC01120 DSC01177 DSC01170 DSC01169 DSC01168 DSC01144 DSC01131 DSC01127 DSC01123 DSC01122 DSC01121

Puis Retour à Lisbonne,

  • avec ses pentes à 90° (pour se balader il faut avoir le courage!),DSC01181 DSC01182 DSC01183 DSC01235DSC01237DSC01313DSC01238DSC01117
  • ses magnifiques azulejos (des carreaux de céramiques typiques du Portugal!)

DSC01185

DSC01227

  • sa grande brocante Feira da Ladra, que j’ai trouvé très sympas rien que pour l’ambiance et pour le décor, les belles rues de Lisbonne, et pour trouver du vintage! (j’y ai trouvé mon polaroid d’origine, bonheur bonheur)

DSC01186 DSC01187 DSC01188

  • son tram ligne 28, qui passe au ras des maisons! (attention aux cheveux si tu oses sortir ta tête)

DSC01191 DSC01193 DSC01194 DSC01199 DSC01202 DSC01261  (oui, même le tram peut être en pente!)

  • sa rue du graff, si chère à mon coeur!
  • DSC01270

DSC01310

  • puis pour sa Praça Do Comércio, magnifique et entièrement piétonne, qui donne sur l’ancien port, pour ressentir la Saudade (« mélancolie ») des marins!

DSC01284 DSC01285

  • Et enfin une spécialité du Portugal que je ne connaissais pas depuis ce jour et dont j’ai asbolument oublié le nom : une soupe de poulet dans un bol en pain! (oui, on peut aussi manger le récipient, du coup!)  DSC01325