Premier Moodboard

Moodboard

Publicités

«La première et la plus belle victoire de l’homme est la conquête de soi-même» – Platon

Cette superbe image provient du manga Bonne Nuit Punpun. Ca ne parle pas d'estime de soi, mais tu peux le lire quand même, ça ne fait pas de mal!
Cette superbe image provient du manga Bonne Nuit Punpun. Ca ne parle pas d’estime de soi, mais tu peux le lire quand même, ça ne fait pas de mal!

Bonjour bonjour! Je redébarque après quoi… 15 ans sans poster? Je m’excuse mais je ne ressentais pas le besoin (ni le temps!) de venir par ici. Mais aujourd’hui j’en ai envie, pour un article FEEL GOOD! et raconte-ta-life-simone, aussi. Petits chanceux!

Alors un article feel-good car on va parler d’estime de soi! Enfin je vais parler de mon estime de moi pour te montrer que c’est cool d’aimer la personne qu’on est. En plus t’as vu je sors des citations de Platon, tu ne peux qu’adhérer.

Comme chaque être humain, je suis née avec des défauts, et avec des imperfections (bien que franchement, la liste est très courte) (haha, dit-elle). A l’époque ingrate de l’adolescence, j’avais l’impression que je n’étais que défauts et imperfections. Que même si j’avais peut-être quelques qualités, j’étais un ensemble d’immondices qui marchait dans la vie comme une larve (charmant quoi). Cette vision de moi-même était bien sûr appuyée par les ingrats adolescents qui m’entouraient. Je ne leur jette pas la pierre, j’étais moi-même ingrate. Le fait est que je me sentais moche, moche et remoche. Pas très belle, en somme, tu l’avais compris. En plus de ça, j’avais l’impression d’être un singe, mais ça je te l’expliquerais plus tard. En plus plus de ça, je me sentais la plus plate des filles du monde, et j’étais un format miniature de moi-même (je suis pas bien grande alors que j’ai longtemps était la plus grande de ma classe. La vie est injuste hein?).

Je crois que d’abord, en grandissant on commence à s’accepter naturellement, ou en tout cas on commence à apprendre à « vivre avec ». Cependant, il m’a fallu plus que ça pour apprendre à M’AIMER. Je ne vais pas te donner de recettes miracles, parce qu’à vrai dire, j’ai un peu triché. Ce qui m’a aidé à m’aimer moi-même, ce n’est pas moi-même malheureusement. Donc je ne peux pas te dire « mais c’est trop facile tu fais ça, ça et ça et hop c’est bon! ». Par contre je peux te dire que tu peux être aidé ! C’est ce qui m’est arrivé. En début de lycée, après des déceptions amoureuses à répétition (avec le même garçon, j’étais pas très futée), j’avais vraiment une mauvaise opinion de moi. « Mais je suis nulle, je suis pas assez bien, de toute façon je vaux rien, en plus je fais du mal à tout le monde ». Tu vois le topo, c’était pas la joie. Et puis j’ai rencontré THE ONE (rien que ça!) (j’adore les parenthèses partout). The One donc, appelons-le Roger, m’a aimé pour tout ce que j’étais à l’époque. En fait il m’a aimé et m’aime toujours pour ce que je suis. Et ça c’est beau ma bonne dame. Par cette douce attention, il m’a appris que c’était possible de m’aimer. Et si quelqu’un était capable de m’aimer, pourquoi moi j’en étais incapable? J’ai compris que mes défauts n’en étaient que pour moi et pour les petits cons qui cherchent à te tacler pour tout et rien. J’ai aussi compris que des défauts on en a tous, mais que ça ne fait pas de nous des êtres inférieurs. Au contraire, nos défauts font notre personnalité (mouais, ça j’en suis pas sure, je te laisse y réfléchir).

Encore plus fort, en plus d’accepter mes défauts, je réussis même parfois à en faire des atouts! C’est étrange comme je suis quelqu’un de très optimiste en ce qui concerne la vie et le monde, et très pessimiste en ce qui me concernait. Aujourd’hui, j’arrive à voir le verre à moitié plein même en moi-même *clap-clap*. Et aujourd’hui, s’il y a encore des choses que je n’aime pas chez moi, ce ne sont plus des choses irréversibles. Ce que je veux dire, c’est que tout ce que je n’aime pas, je peux aussi le changer sans chirurgie. Ça veut dire deux choses : 1.j’ai accepté les imperfections qui font partis de mon corps (tels que mes micros seins et mes bras -rapport aux singes qui sont poilus comme tout-), 2. si quelque chose ne me plait pas, j’arrête de me morfondre et je me bouge pour le changer. Par exemple aujourdh’ui j’en ai marre de donner l’image d’une jeune fille de 14 ans alors que j’en ai 20. J’aimerai bien qu’on me voit plus comme un adulte, alors j’essaye de changer mes habitudes pour montrer aux gens ce que je suis vraiment. Du genre « hey ho je suis une adulte donc arrêter de me demander comment s’est passé le brevet! ». Bon, en même temps ce n’est simple pour personne car je suis une enfant pour toujours.

Ainsi donc Roger, mon moral et moi te disons merci, avec un grand M comme je t’M (trop romantiik). Et toi petit être qui a eu le courage de lire jusque là, dis-toi que c’est déjà une énorme qualité de savoir lire mes textes sans s’endormir. Du coup si tu as cette qualité, tu en as probablement plein d’autres. Et même si tu n’as pas cette qualité, tu en as probablement plein d’autres quand même. Et rappelle toi surtout que même si ton nez est un peu moche ou que tu bégayes un peu trop (c’est mon cas et personne ne le remarque, donc hang on), tu as aussi de très beaux yeux ou un humour qui fait de toi une personne magnifique (et génialissime surtout! Parce que c’est pas le tout d’être beau, il vaut mieux être GÉNIAL et GÉNÉREUX et GENTIL!).

Et je n’aurais jamais pensé dire ça un jour, mais meetic a raison : si vous n’aimez pas vos imperfections, quelqu’un les aimera pour vous. Bisous!

AIMONS NOUS NOUS-MÊME !